mardi 21 septembre 2010

Menaçable

Menaçable adj. Susceptible de pouvoir éventuellement être potentiellement mis en danger. Au conditionnel.

"Il est remplaçable comme tous les entraîneurs d'un grand club mal classé. Il est menaçable, mais pas menacé", a dit hier Jean-Michel Aulas, président de l'OL, à propos de Claude Puel, entraîneur de l'OL. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que généralement, quand un club de football a de mauvais résultats, c'est exclusivement du fait de l'entraîneur, ni les joueurs ni les dirigeants ne pouvant en être tenus pour responsables, et que par conséquent c'est généralement l'entraîneur qui en fait les frais en se faisant licencier. Or donc l'Olympique Lyonnais, depuis le début de la saison, a de mauvais résultats. C'est donc tout naturellement que des journalistes demandent à Jean-Michel Aulas si et quand il compte virer Claude Puel, même s'il est évident qu'il ne leur répondra pas. C'est aussi ça, être journaliste sportif. C'est donc tout aussi naturellement qu'Aulas leur répond n'importe quoi, en inventant des mots qu'existent pas (et qu'il utilise quand même). Claude Puel est donc menaçable. Bien.

Menaçable, logiquement, doit s'entendre comme susceptible d'être menacé. Ou encore menacé d'être menacé. Autant dire que Claude Puel, à en croire Jean-Michel Aulas, ne risque pas grand chose, quasiment rien, même. Car quand on est menacé, il faut bien comprendre que le pire n'est déjà pas certain, il est simplement possible, voire à craindre. Quand on est menaçable, normalement, c'est beaucoup plus tranquille, car la menace elle-même n'est qu'éventuellement envisageable. De quoi dormir tranquille, en définitive.

Sauf qu'il est bien évident que dans le langage médiatico-sportif, menaçable signifie en réalité : "Evidemment que je vais te me la virer fissa cette grosse buse. laisse moi juste le temps de trouver quelqu'un d'un peu moins mauvais pour le remplacer, on a un standing à retrouver, je vais quand même pas engager Jo le Clodo, encore que ça serait pas forcément pire. Et on peut bien gagner 28-0 contre Saint-Etienne ce week-end, rien à battre, il dégage, c'est réglé. Au fait, il fait quoi, en ce moment Luis Fernandez ? T'as pas son numéro ?"

lundi 20 septembre 2010

Prioriser

Prioriser v. tr. décider qu'est-ce qu'il faut faire en premier, parce que bon, faut être réaliste, on va pas pouvoir tout faire, et si on regarde bien, les autres trucs, et bah finalement c'est pas qu'on s'en tamponne, mais pas loin

Retour dans le monde merveilleux de la gestion de projet. Après le quiquoffemitinngue, quand on a bien défini les ouorquepaquaiges et les délivrables, vient immanquablement (du moins est-on en droit de l'espérer) le moment où, finalement, on se met à bosser. Et c'est précisément là qu'on se retrouve confronté à un problème qu'il faut bien solutionner d'une manière ou d'une autre : on a vu trop large, et on n'a que fort peu de chances de pouvoir respecter toutes les dèdelaïnes, car tout a déjà pris du retard.
La seule chose à faire dans ce cas inévitable consiste à imprimer le diagramme de Gantt et à stabiloter les tâches les plus importantes, celles qu'il faut absolument accomplir, fût-ce au détriment d'autres qu'on avait initialement considérées comme tout aussi importantes, sinon on ne les aurait pas mises au départ, évidemment. C'est-à-dire qu'on se trouve contraint de rééquilibrer la toudouliste.

Cette action porte un nom dans le langage courant : l'établissement d'une hiérarchie des priorités. Il s'agit là d'un concept assez complexe, dans lequel tout ce qui était prioritaire reste évidemment prioritaire, mais avec des degrés de priorité différents (pour le commun des mortels, cela revient à dire qu'en fait certaines choses ne sont plus du tout prioritaires, voilà bien la preuve de l'étroitesse d'esprit du commun des mortels). Dans le monde de la gestion de projet, on se veut efficace, donc on ne va jamais parler d'établir une hiérarchie des priorités, c'est trop long à dire. Non. On va plutôt prioriser. Et quelque part, on ne s'en sort plutôt pas trop mal, parce qu'on n'est vraiment pas passé loin de prioritiser, ce qui aurait été, vous en conviendrez, encore plus odieux.

jeudi 9 septembre 2010

Polipansioné

adj. et n. Envahi par des constructions de colons Israéliens...ou pas.

A l'instar des supraïme, greunèl et autre chainnainain, le terme polipansioné fait partie de ces mots apparus du jour au lendemain dans le vocabulaire politico-médiatique et qui présupposent que tout le monde les connaît depuis longtemps.

Le terme a fait surface à l'occasion des débats et manifestations sur la réforme des retraites. En bref, le gouvernement indique qu'il ne reviendra pas sur l'âge légal de départ à la retraite, mais qu'il est prêt à discuter sur certains points: la pénibilité, les carrières longues ou les ..."polipansionés". Quezaco? Les politiques reprennent le terme à la télé et les journalistes le relayent aussi, comme s'ils le connaissaient depuis toujours.


Personnellement, je ne connaissais pas le mot avant hier, alors, je conjecture. D'un point de vue étymologique, on pourrait dire que le terme est composé:
- du préfixe grec polis qui signifie "ville", comme dans policlinique (la "ville clinique" où l'on trouve toutes les commodités au moment de partir à la retraire à 67 ans)
- du grec pantos qui signifie "tout" et que l'on retrouver dans pandémie ou paneuropéen.
- de Sion, une montagne de Jérusalem représentant la Terre Promise des juifs et que l'on retrouve dans sionisme.

Du coup, le terme polipansioné pourrait signifier: ville entièrement occupée par des israëliens. En même temps, on a du mal à voir le rapport avec les retraites. Mais c'est ce qui arrive, quand les politiques balancent des mots pour montrer qu'ils connaissent bien leur dossier et que les médias les reprennent sans les expliquer, pour faire croire qu'ils le connaissent aussi. Résultat, personne ne comprend rien à rien. L'essentiel étant toujours de faire croire qu'on sait de quoi on parle.

vendredi 3 septembre 2010

Roms: ONU soit qui mal y pense

On s'insurge volontiers lorsque des chefs d'Etats ignorent ou méprisent les décisions et résolutions de l'ONU. Lorsque "Doubeule You" attaque l'Irak contre l'avis du conseil de sécurité; lorsque Mahmoud Ahmadinejad déclare que les sanctions de l'ONU contre l'Iran et son programme nucléaire sont "bonnes pour la poubelle". Pourquoi? Parce qu'on a le sentiment, voire la juste conviction que l'ONU, quels que soient ses défauts, a le mérite d'exister en tant qu'institution internationale propre à assurer la paix ou du moins, le dialogue entre les différents pays. Quand on agit sous l'autorité et au nom de l'ONU, on est légitime. Pourquoi? Parce qu'il s'agit de l'assemblée des nations. Se conformer à résolution de l'ONU, c'est respecter la décision de cette assemblée dont on fait soi-même partie - en tant que pays.

L'attitude donc, qui consiste pour un pays ou un chef d'Etat à agir en ignorant ou en exprimant son mépris à l'égard de cette institution, nous paraît rétrograde. C'est un peu comme si un hors-la-loi prétendait qu'il désobéit à la loi pour la simple raison qu'il ne reconnaît pas son autorité et sa légitimité. Pourtant c'est mieux que rien. Avant l'existence d'institutions et d'instances internationales, chaque Etat, chaque pays était maître de ses décisions et de sa politique, aussi bien intérieure qu'extérieure. Si on n'était pas d'accord avec le sort que la loi d'un pays réservait aux femmes ou aux enfants, on ne pouvait que le regretter. Et si l'on était contre l'invasion d'un Etat par un autre, on n'avait d'autre moyen que la force militaire pour l'empêcher. Pourquoi? Parce qu'aucune voix ou autorité située au-dessus des différents Etats n'existait pour dire ce qui était bon ou mauvais, juste ou injuste, pour tout le monde. Le grand tournant de l'Histoire est sans doute le procès des chefs nazis à Nüremberg. On s'est dit: "là, il y a quelque chose qui a été fait et qu'on ne peut accepter; qu'il faut se donner les moyens d'empêcher, parce que c'est mal pour tout homme, quel que soit son pays". En bref, on a découvert que le meilleur moyen d'empêcher les uns ou les autres de faire n'importe quoi, c'était de mettre en place une autorité située plus ou moins au-dessus des différents Etats.
Conséquences? les pays quis e prétendent plus ou moins démocratiques se doivent de reconnaître l'autorité et la justesse des décisions de l'ONU. Et ceux qui s'y refusent, comme l'Iran ou la Chine, peuvent paraître, aux yeux de nombreuses nations, comme s'excluant carrément de ce processus par lequel on tente d'instaurer la paix.

La République Française, membre du club très fermé du conseil de sécurité de l'ONU, a l'habitude de se référer à l'ONU comme à une institution repère de ce qu'il faut faire ou ne pas faire. Ici, on juge de l'autoritarisme du régime Iranien à la mesure de son mépris de l'ONU - "bonnes pour la poubelle". En ce sens, un groupe du Sénat chargé de réfléchir sur le tibet déclare volontiers que l'une des mesures propres à améliorer la situation du peuple tibétain consisterait à "Contribuer à dégager une majorité à la Commission des droits de l'homme de l'ONU pour évoquer sérieusement la situation au Tibet." Là encore, on en appelle donc à l'ONU et on semble bien penser qu'elle est l'instance légitime, pertinente et efficace, lorsqu'il s'agit de faire changer la politique d'un pays- en l'occurence, la Chine.

Alors, comment ces responsables politiques, gouvernants français, etc. peuvent-ils dénoncer comme "caricatural" et "excessif" un rapport de l'ONU sur les discriminations de la France dans sa politique vis-à-vis des Roms? "Caricatural" ou "bon à jeter à la poubelle"; c'est pareil! On peut donc bien s'indigner du mépris ou de l'ignorance que certains chefs d'Etats manifestent à l'égard de l'ONU, on peut remarquer qu'on agit exactement de la même manière quand on est certain de son bon droit. Mais justement, l'ONU a été mis en place pour que l'idée de son bon droit ne soit plus abandonné aux chefs d'Etats, mais défini de manière majoritaire voire unanime, par tous les pays, en même temps. Ainsi, on remarque qu'il faudra encore faire beaucoup d'efforts pour que les pays reconnaissent le bien fondé du droit international propre à garantir la paix. Y compris en France, où l'on en vient facilement à avoir la conviction d'avoir raison contre tous, ni plus ni moins que le Président iranien. Que peut-on lui reprocher si on fait la même chose?

"La nature pousse les Etats...à sortir de de l'absence de loi propre aux sauvages pour entrer dans une Société des Nations dans laquelle chaque Etat, même le plus petit, pourrait attendre sa sécurité et ses droits, non de sa propre force ou de sa propre appréciation du droit, mais uniquement de cette Société des Nations, c'est-à-dire d'une force unie et de la décision légale de la volonté unifiée".


Emmanuel KANT, 1784.
Une erreur est survenue dans ce gadget