jeudi 4 mars 2010

Délivrable

Délivrable n.m. truc qui doit avoir été fait à un moment donné, d'après un diagramme de Gantt

J'ai déjà déversé ici mon fiel sur le vocabulaire de la pseudo-science appelée gestion de projet. J'y ai également exprimé ma piètre estime pour les mots en -able. Enfin, j'ai déjà furtivement évoqué ma profonde aversion pour le mot délivrable. Il était donc absolument inévitible que ce mot fasse un jour ou l'autre son apparition dans le Dictionnaire des mots qu'existent pas (et qu'on utilise quand même). Ben voilà, ça y est, c'est aujourd'hui.

Précisons d'abord que le mot qu'existe pas et qu'on utilise quand même est bien le nom commun délivrable, pas l'adjectif délivrable, qui est aussi un mot qu'existe pas, mais qu'on utilise moins. Alors qu'à la limite, à l'extrême limite, en tant qu'adjectif, on pourrait l'admettre. Il permettrait de qualifier un prisonnier à la fin de sa peine, il permettrait surtout de trouver facilement une idée d'illustration.

Un délivrable est donc un truc qui doit être obtenu, et fourni, à la fin d'une étape du phasage (ouh qu'il est laid aussi, celui-là) d'un projet. Ce peut être un rapport, un produit, un logiciel, une fraise tagada, peu importe, il faut que ce soit du tangible et du concret. Sans délivrable, point de projet. Cette abjection vocabulistique est bien évidemment encore une fois le produit de la malheureuse francisation d'un mot anglais qui, dans sa langue d'origine, trouvait une justification assez honnête, deliverable étant issu de delivery, qui signifie accouchement ou livraison, au choix. A la rigueur, si on tient vraiment à utiliser un mot moche pour exprimer cette idée, autant choisir livrable (qu'existe pas non plus, et qu'on utilise un peu, mais nettement moins), qui présente le double avantage d'être quand même plus proche du concept en français et d'être irréprochable au niveau de l'anglicisme, liver en anglais signifiant foie ou débauché, au choix, même si on ne voit pas le rapport.

5 commentaires:

  1. J'aurais plutôt vu un lapin en illustration. C'était moins tordu qu'un délivrable de McGowan.

    RépondreSupprimer
  2. Vinvin, c'est intolérable (de lapin, donc) de faire des propositions d'illustrations aussi capillotractées.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis arrivé sur ce site en cherchant quelle pouvait être la nuance entre livrable et délivrable.
    Mais vu qu'ils n'existent ni l'un ni l'autre...

    RépondreSupprimer
  4. Entre deux mots il faut choisir le moindre, je réitère donc mon conseil, préférez livrable. Si vraiment vous tenez à en utiliser un...

    RépondreSupprimer
  5. sur le principe je suis plutôt en accord avec les remarques ci-dessus. Je suis seulement un peu déçue de l'orthographe très approximative d'un soit-disant défenseur de la langue française.

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget