mardi 21 septembre 2010

Menaçable

Menaçable adj. Susceptible de pouvoir éventuellement être potentiellement mis en danger. Au conditionnel.

"Il est remplaçable comme tous les entraîneurs d'un grand club mal classé. Il est menaçable, mais pas menacé", a dit hier Jean-Michel Aulas, président de l'OL, à propos de Claude Puel, entraîneur de l'OL. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que généralement, quand un club de football a de mauvais résultats, c'est exclusivement du fait de l'entraîneur, ni les joueurs ni les dirigeants ne pouvant en être tenus pour responsables, et que par conséquent c'est généralement l'entraîneur qui en fait les frais en se faisant licencier. Or donc l'Olympique Lyonnais, depuis le début de la saison, a de mauvais résultats. C'est donc tout naturellement que des journalistes demandent à Jean-Michel Aulas si et quand il compte virer Claude Puel, même s'il est évident qu'il ne leur répondra pas. C'est aussi ça, être journaliste sportif. C'est donc tout aussi naturellement qu'Aulas leur répond n'importe quoi, en inventant des mots qu'existent pas (et qu'il utilise quand même). Claude Puel est donc menaçable. Bien.

Menaçable, logiquement, doit s'entendre comme susceptible d'être menacé. Ou encore menacé d'être menacé. Autant dire que Claude Puel, à en croire Jean-Michel Aulas, ne risque pas grand chose, quasiment rien, même. Car quand on est menacé, il faut bien comprendre que le pire n'est déjà pas certain, il est simplement possible, voire à craindre. Quand on est menaçable, normalement, c'est beaucoup plus tranquille, car la menace elle-même n'est qu'éventuellement envisageable. De quoi dormir tranquille, en définitive.

Sauf qu'il est bien évident que dans le langage médiatico-sportif, menaçable signifie en réalité : "Evidemment que je vais te me la virer fissa cette grosse buse. laisse moi juste le temps de trouver quelqu'un d'un peu moins mauvais pour le remplacer, on a un standing à retrouver, je vais quand même pas engager Jo le Clodo, encore que ça serait pas forcément pire. Et on peut bien gagner 28-0 contre Saint-Etienne ce week-end, rien à battre, il dégage, c'est réglé. Au fait, il fait quoi, en ce moment Luis Fernandez ? T'as pas son numéro ?"

4 commentaires:

  1. Là, je dois bien admettre que je suis mort de rire et que je rigole tout seul devant cette fine analyse de la menace de la menace.

    RépondreSupprimer
  2. Merci mon Gillou.
    Tu noteras au passage que les deux commentaires qui encadrent chronologiquement le tien prouvent, si besoin était, et contrairement à ce que tu sous-entendais dans ton commentaire précédent, que ce blog n'est pas lu que par ses seuls rédacteurs (en même temps c'est vrai que ça fait du bien de le constater une fois de temps en temps...).

    RépondreSupprimer
  3. Il n'y a bien que toi et Gillou pour me faire rire grâce au foot.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Là, maintenant, je crois que le gars est menacé.

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget