lundi 21 janvier 2008

Bleufer

Bleufer v. tr., XXe s., Evelyne Thomas
Bleufer ressemble à s'y méprendre, du moins phonétiquement, au verbe bluffer qui, lui, existe bien, et signifie, d'après mon Larousse, "Donner le change en essayant de cacher sa situation réelle ou ses intentions". Bluffer est emprunté au vocabulaire du poker.
Bleufer, lui, n'existe pas, et signifie, d'après C'est mon choix, "Surprendre". Bleufer est emprunté au vocabulaire thomassiste.
yogiOn peut se demander pourquoi les cercles thomassistes ont éprouvé le besoin d'inventer un verbe pour remplacer le verbe surprendre qui convient tout-à-fait bien pour exprimer la surprise, ou on peut aussi ne pas se le demander. Si on se le demande, Gilles aura la réponse, sans doute. On pourra cependant regretter que les dits cercles ne se soient pas plutôt attachés à utiliser de manière appropriée le verbe bluffer qui aurait eu sa place dans leurs tenues consacrées au principe d'apparence, mais bon.
Les thomassistes, et notamment la première d'entre eux, Evelyne Thomas, avaient donc coutume d'être bleufés là où le commun des mortels se contentait d'être surpris. Ainsi, le fameux Yogi Coudou, lorsqu'il se contorsionnait à moitié à poil dans une boîte transparente, était particulièrement bleufant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget